A la recherche de la Bièvre…

La Bièvre ? merveilleux fantôme ! Sa mémoire fait encore rêver les parisiens. La simple idée que Paris ait été traversée par une autre rivière que la Seine semble aujourd’hui improbable. Et pourtant… Jusqu’à l’aube du XXe siècle, un cours d’eau prenant sa source à en banlieue sud entrait dans Paris vers la poterne des Peupliers, traversait les actuels 13e et 5e arrondissements, et se jetait dans la Seine au niveau d’Austerlitz. Lire la suite A la recherche de la Bièvre…

Au fil de la Guillotine

Nous n’allons pas faire ici l’historique complet de la trancheuse, mais rappeler que c’est au 9 rue de l’Ancienne Comédie qu’elle fut testée, sur des moutons. Devenue instrument officiel du pouvoir, elle est d’abord installée place du Trône renversé (ex place du trône et future place de la Nation) pour exécuter les voleurs des bijoux de la Couronne. Lire la suite Au fil de la Guillotine

Le temps du Carnaval

Présent depuis le Moyen-âge, interdit sous la Révolution mais culminant sous Louis Philippe, le carnaval est un grand moment de l’année parisienne. La ville était une débauche de couleurs, de cris, de sons, de parfums, de saveurs et surtout d’impertinence. On se masque, on se grime, on se bariole ; on s’attaque à la farine, aux œufs, au sable. C’était le jour des fous et tout semblait permis : le lendemain la ville entrait en Carême. Lire la suite Le temps du Carnaval

Les grandes tables des grands boulevards

Alors que la Restauration assiste au succès du Rocher de Cancale, si cher à Balzac, la Monarchie de Juillet puis le Second Empire voient naître maintes tables célèbres, essentiellement sur les Grands Boulevards.

A l’angle du boulevard des Capucine et la rue de la Chaussée d’Antin, allons souper avec Rossini chez Paillard. Lire la suite Les grandes tables des grands boulevards

La Muraille de Philippe Auguste

Génie de l’urbanisme et souverain visionnaire, Philippe Auguste décide que Paris sera désormais entouré de murailles. Et non des moindres ! Un quart de siècle durant (1190-1213) va jaillir du sol parisien un rempart épais de trois mètres de haut (parfois dix) et long de cinq kilomètres et demi. Philippe Auguste donne ainsi à Paris un véritable sentiment d’unité. Lire la suite La Muraille de Philippe Auguste