L’Esprit de Paris

« Ajoutez deux lettres à paris : c’est le Paradis », disait Jules Renard. Paris reste la ville lumière. Deux-mille ans d’histoire n’ont pas fait taire l’antique Lutèce, qui n’en finit pas de cancaner et de faire fantasmer.

Lire la suite L’Esprit de Paris

Le Paris des écrivains

Paris est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée. D’un côté jaillit la ville réelle, concrète, d’une grisaille hautaine et séculaire ; de l’autre transparaît le Paris rêvé, celui que chacun perçoit, celui qui s’infiltre dans le regard du badaud, du touriste de passage. Lire la suite Le Paris des écrivains

Paris, fille aînée de l’Eglise

D’abord riche en temples païens, Paris accueille ses premières églises au IVe siècle. Mais c’est l’arrivée des mérovingiens qui marque le début de l’épidémie. A partir de 500, avec la rage propre aux convertis, Clovis couvre Paris d’établissement religieux. Voici celui dédiée à Pierre et Paul, au sommet de la montagne sainte Geneviève. Lire la suite Paris, fille aînée de l’Eglise

Au fil de la Guillotine

Nous n’allons pas faire ici l’historique complet de la trancheuse, mais rappeler que c’est au 9 rue de l’Ancienne Comédie qu’elle fut testée, sur des moutons. Devenue instrument officiel du pouvoir, elle est d’abord installée place du Trône renversé (ex place du trône et future place de la Nation) pour exécuter les voleurs des bijoux de la Couronne. Lire la suite Au fil de la Guillotine

Le temps du Carnaval

Présent depuis le Moyen-âge, interdit sous la Révolution mais culminant sous Louis Philippe, le carnaval est un grand moment de l’année parisienne. La ville était une débauche de couleurs, de cris, de sons, de parfums, de saveurs et surtout d’impertinence. On se masque, on se grime, on se bariole ; on s’attaque à la farine, aux œufs, au sable. C’était le jour des fous et tout semblait permis : le lendemain la ville entrait en Carême. Lire la suite Le temps du Carnaval

Les grandes tables des grands boulevards

Alors que la Restauration assiste au succès du Rocher de Cancale, si cher à Balzac, la Monarchie de Juillet puis le Second Empire voient naître maintes tables célèbres, essentiellement sur les Grands Boulevards.

A l’angle du boulevard des Capucine et la rue de la Chaussée d’Antin, allons souper avec Rossini chez Paillard. Lire la suite Les grandes tables des grands boulevards